Concerto de bruits qui courent
Théâtre clownesque et musical, pour les 5 à 12 ans
Direction musicale d’Olivier Forest et Frédéric Lebrasseur
Théâtre À tempo

Visionnez un extrait vidéo

Crédit photo : Louis Boulay

 

Le Théâtre à Tempo revient en force avec un spectacle qui marie délicieusement l’art clownesque, le bruitage et les percussions, avec quelques séquences empruntés aux arts du cirque. Résultat : un spectacle divertissant et percutant pour la famille!

Que se passe-t-il quand des concertistes, deux virtuoses de la musique percussive, doivent composer avec des techniciens de scène maladroits et aux compétences douteuses? Il y a de bonnes chances que le concert dérape et prenne une tournure moins conventionnelle. C’est exactement ce qui se produit mais, pour le plus grand plaisir des spectateurs, jeunes et moins jeunes!

Prouesses musicales et physiques, dans un enrobage clownesque; voilà ce que vous propose le Théâtre à Tempo avec cette nouvelle création pour la famille, dès 4 ans.

Idée originale : Geneviève, Kérouac, Olivier Forest et Frédéric Lebrasseur
Direction musicale : Olivier Forest et Frédéric Lebrasseur
Mise en scène : Geneviève Kérouac
Avec Olivier Forest, Frédéric Lebrasseur, Noémie Armellin, Benoit Lemay et Marilou Castonguay

Durée : plus ou moins 60 minutes
Plateau demandé (m) : L 8  x P 8 x H 5 (négociable)
Disponibilités : saison 2018-2019 (à préciser)

Aussi disponible pour la tournée :
La grande étude
Pour les 4 à 10 ans


Notre regard

Le Théâtre à Tempo nous a habitués au mélange des genres. Pensons à Swing Station. Et, disons les choses comme elles sont, la troupe excelle dans l’art clownesque et le bruitage sous toutes ses formes. La Grande étude, ça vous dit quelque chose? Après une création au Festival d’été de Québec, à l’été 2014, et une résidence de quelques semaines à New Richmond, voilà que les artisans du Théâtre à Tempo nous offre un concerto divertissant au max! Après ce spectacle vous ne verrez plus les concertistes et les coulisses du spectacle de la même façon…


Les programmateurs aiment le CONCERTO et le Théâtre à Tempo...

« Impressionnant, drôle, tellement talentueux...»
Dominic Gauthier, Salle de spectacles régionale de NEW RICHMOND.

« J'entends encore les échos de votre succès à Sainte-Anne-des-Monts! 
Les enseignants(tes) en occurrence, ont apprécié au plus haut point 
votre performance!
Merci beaucoup et longue vie au CONCERTO!!! »
Bianka Levesque, Productions de la salle comble, STE-ANNE-DES-MONTS

« C’était un très bon moment et les membres de cette belle équipe ont 
épaté la galerie! Ils sont vraiment doués! »
Mireille Pouliot, L’anglicane de LÉVIS

« Un feu roulant absolument déjanté a tout pour devenir absolument 
irrrrrrrrrrrrrrésistible! Considérant qu’ils n’en sont qu’aux premières 
représentations ce spectacle incomparable, est voué
à un long et brillant avenir! »
Diane Blanchette, L’anglicane de LÉVIS

« Maîtres du son. Rien de moins. Tous les objets qui entourent 
deviennent un instrument de percussion sous les doigts agiles et 
l'imagination sans bornes des artistes du Théâtre  A Tempo. Bruits 
sourds, bruits doux, bruits percutants. Toutes sortes de bruits, toutes 
sortes de sons. Des bruits, des sons et du rythme. Du rythme à rendre 
malades d'envie ceux et celles qui n'en ont pas. Des bruits, des sons, 
du rythme et du talent à revendre. Voilà ce qui résume le spectacle 
présenté dimanche dernier à la SALLE André-Gagnon. Quelle chance nous 
avons de pouvoir bénéficier et expérimenter de telles présentations qui 
ouvrent largement nos horizons culturels et font découvrir mille et une 
facettes des arts de la scène! Le Concerto de bruits qui courent a lancé 
notre nouvelle programmation d'automne avec tambours et trompettes, et 
ce, sans jeu de mots. Parlant de mots, ils occupaient très peu de place 
à travers les coups de baguettes (magiques), les pirouettes, la démesure 
des mesures et les mimiques clownesques des comédiens qui n'avaient 
nullement besoin de parler pour se faire comprendre. Une chose est 
certaine: le Théâtre  À Tempo porte très bien son nom, haut et fort! »
Doris Ouellet, Salle André-Gagnon, La POCATIÈRE