Hurlevents
Comédie dramatique
De Fanny Britt - Théâtre Denise Pelletier

 

Téléchargez le dossier de présentation

 

Crédit photo : Gunther Gamper

Émilie part demain pour un long voyage. Elle n’a pas vu sa sœur Catherine depuis un moment quand celle-ci surgit, fragilisée, un soir de tempête, avec son amoureux de peu de mots. Mais ce soir-là, Émilie prépare un repas réunissant son bouillant colocataire Édouard, son amie Isa aux prises à son insu dans un piège amoureux, et Marie-Hélène, la professeure de littérature qu’elle adule. À mesure que la soirée avance, que les jeunes idéalistes se noient dans leur soif d’absolu, les échos des personnages du roman Les Hauts de Hurlevent (Emily Brontë) se font de plus en plus insistants. Jusqu’à entrer en eux.

Réflexion miroir sur la jeunesse et la maturité, la pièce est aussi un hommage à cette génération Y qui fascine Britt et dont elle admire le côté frontal et assumé.  Hurlevents se déroule aujourd’hui, au cœur de la ville, 170 ans après la publication du roman de Brontë. La pièce met en scène des jeunes, habités par leurs propres ambitions et leurs passions secrètes et dévorantes et aussi indignés et préoccupés par les graves questions d’éthique et de dynamiques de pouvoir.

Fouillant attentivement dans les espoirs agités de la jeunesse, Fanny Britt signe une comédie dramatique, librement inspirée de l’œuvre de Brontë.

Texte de Fanny Britt 
Mise en scène Claude Poissant
Avec Alex Bergeron, Kim Despatis, Benoît Drouin-Germain, Catherine Trudeau et 2 autres comédiennes.

Durée : 1h 30, sans entracte
Plateau demandé (m) : L 8  x  P 7  X  H 5 (négociable).

Disponibilités : du 10 février au 21 mars 2020.

 


Regard critique

« Le texte, bien structuré et dosé, explore des thèmes comme les agressions sexuelles, l’éthique des rapports profs-étudiants et les sentiments à l’ère numérique. C’est là que tout le brio de Fanny Britt opère. La dramaturge dépeint une génération très intelligente mais engluée dans les apparences. Une jeunesse extralucide mais impuissante quand il est question d’émotions. »  La Presse

«Avec «Hurlevents», Fanny Britt poursuit sa fine analyse du sentiment amoureux. [...] Claude Poissant, qui avait d'ailleurs mis en scène la toute première pièce de Britt,«Honey Pie», épouse toutes les dimensions de Hurlevents, son réalisme et son onirisme, sa légèreté et son tragique. »
Le Devoir

«On ne doutait ni du talent de Fanny Britt ni de la créativité de l’équipe qu’elle forme avec Claude Poissant à la mise en scène, «Honey Pie» (2003) et «Bienveillance» (2012) l’avaient déjà établi. Mais leur dernière création, Hurlevents, en fournit une preuve supplémentaire.  »   Revue JEU
 « Une plongée vivifiante dans les états d’âme de la jeunesse et dans les tourments de la passion, à l’image de ce vent insatiable qui hurle dehors… On espère encore de nombreuses collaborations Fanny Britt / Claude Poissant; elles sont délicieuses.»  Voir.ca