Ils ne demandaient qu’à brûler
Cabaret musical et littéraire
Des textes de Gérald Godin et des chansons de Pauline Julien
Les Correspondances d’Eastman et Summum communications

Téléchargez la revue de presse

 

Construit de toutes pièces pour les Correspondances d’Eastman, Ils ne demandaient qu’à brûler est un spectacle hommage consacré au couple mythique de la Révolution tranquille : Pauline Julien et Gérald Godin. Vous entendrez les plus populaires chansons de Pauline Julien et les textes les plus forts de son amoureux ministre et poète. 

De L'âme à la tendresse au Voyage à Miami, de la Croqueuse de 222 à L'étranger, ce spectacle émeut et fait du bien. C'est un réel plaisir de réentendre ces chansons formidablement interprétées par Marie-Thérèse Fortin. Des poèmes d'amour aux poèmes engagés, ce spectacle nous rappelle aussi à quel point ces deux artistes se sont  aimés et ont aimé le Québec qui le leur rendait bien! Christian Vézina dit ces textes comme lui seul sait le faire: avec émotion, vérité, simplicité comme s'il nous racontait quelque chose de très intime. Pour couronner le tout, le pianiste Yves Léveillée habille de sa magie tout le spectacle, tant les textes que les chansons.

Un 90 minutes de pur bonheur, de souvenirs et d'émotions, offerts par un trio de passionnés du legs  important qu’a laissé le couple Julien-Godin.

Des textes de  Gérald Godin et des chansons de Pauline Julien
Repérage et assemblage des textes : Christian Vézina et Marie-Thérèse Fortin
Direction musicale : Yves Léveillé
Avec Marie-Thérèse Fortin, Yves Léveillé et Christian Vézina

Durée : 1 h 15, sans entracte.
Plateau demandé (m) : L 8 x P 7 x H 5 (négociable)
Disponibilités : 2018-2019 (à préciser)

 


Regard critique

« Brillante rencontre entre deux univers. [...] Si l’émotion et l’intensité ont été au rendez-vous, il faut avouer que l’humour s’est aussi taillé une place de choix durant la soirée. »
La Tribune de Sherbrooke

Un parti-pris pour…
La qualité des textes choisis et des trois artistes sur scène… Christian, Yves et Marie-Thérèse vouent un grand respect à l’œuvre du couple Godin-Julien et ça se sent, ça s’entend, ça ce voit!